UNE FEMME MUTILÉE VIVANTE

Written by on 23 February 2018

Le drame a écœuré le Cameroun depuis Buéa, où des événements sordides ne cessent de se produire, à cause de l’insécurité de la zone.

La victime se nomme Ajaga Catherine, la trentaine, une jeune femme qui a dû se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment.

On ne peut compter le nombre de meurtres, d’attaques, de kidnapping etc. qui se produise depuis la crise. Aujourd’hui il s’agit à première vue de crime rituel (prélèvement des deux seins).

You may also like  See reasons why Brenda Biya wrote ENAM in a special private hall

L’assaillant se trouve à la limite de l’ampatie et de la sympathie. Comment dépecer un être humain encore vivant ?

La victime sans défense aurait été droguée avant la mutilation, puis abandonnée à elle même sur un trottoir. Elle a été retrouvée au petit matin à bout de force pour fuir ou se déplacer.

You may also like  HUMAN RIGHTS GROUP AMNESTY INTERNATIONAL CONDEMNS THE TORTURE OF BOKO HARAM SUSPECTS IN CAMEROON

Les autorités de la place devraient renforcer la sécurité pour tous, afin d’éviter que les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ne deviennent le repère de tous les brigands du territoire national.

Suivez E-kwat TV pour toute l’actualité camerounaise.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


three × five =


Current track

Title

Artist

Background